Août, keep running

Publié le 05.09.2018

Hello les runners,

Le mois d’Août aura pour moi été une délivrance. La vitesse est là ; le physique est là. La canicule est terminée depuis quelques semaines et c’est bien mieux comme ça. La course approche et tous les voyants sont favorables à une belle performance. Evidemment on ne peut pas tout prévoir mais les risques sont réduits au minimum.

En effet je commençais un peu à douter de ma capacité à retrouver un niveau correct. Heureusement les températures plus clémentes m’auront donné tort. L’allure s’est améliorée à mesure qu’elles baissaient.

Les vacances aidant j’ai pu courir sur des surfaces complètement plates à l’Ile d’Oléron pendant une semaine (malgré l’air marin si vivifiant et si puissant). Mine de rien ça fait une grosse différence et du bien aux jambes de ne plus avoir de grosses montées. Je ne me rends jamais compte de ce que j’avale à la maison mais il y a toujours un minimum d’une soixantaine de mètres de dénivelés même sur la plus petite sortie.

Bilan au retour des vacances ma montre annonce une Vo2max en progression de 5 en quelques semaines. La valeur ne veut rien dire mais la progression si, ça me remotive à l’entrainement. Pourvu que ça dure et que ça s’améliore encore ?

Mon plus gros changement du mois aura été l’achat d’un vélo de course. Comme beaucoup de coureurs avant moi à un moment il faut y penser, la course à pied ça amène beaucoup de chocs et ce n’est pas vraiment très bon pour le corps. J’en ai bien pris conscience avec ma tendinite du fachia lata. Je ne l’ai pas encore beaucoup utilisé mais je sens déjà que mes jambes sont soulagées et que d’autres muscles travaillent. Je vais tenter un entrainement croisé on verra bien ce que ça donne.

Ce qu’il y a de certain c’est que les données à prendre en compter sont complétement différentes. J’ai parfois la sensation de donner tout ce que j’ai alors qu’en regardant mon pourcentage de FCM, il est ridicule. Il faut que je m’habitue à cela et surtout que je muscle un peu les jambes pour que tout s’équilibre.

La différence est aussi notable avec mon VTT, ce n’est pas du tout la même approche en montée. Je n’ai pas la possibilité de mouliner autant sur mon vélo de course que sur mon VTT et c’est donc quelque chose que je dois assimiler.

Ne croyez surtout pas qu’après je rajouterai de la natation et que je ferai des triathlons ! J’ai toujours été extrêmement mauvais en natation et ce n’est pas du tout un milieu où je me sens à l’aise. L’avenir seul le sait ce qu’il adviendra.

Concernant le mois de septembre je prévois une petite pause puis une reprise d’entrainement pour une course en décembre de moins de 10km. Donc l’approche sera complètement différente et je travaillerai sur de la haute intensité.

J’espère que le temps sera clément car en Haute-Savoie le dernier tiers de l’année est toujours compliqué en terme de pluviométrie et de températures. Le froid ça ne me fait pas trop peur mais la pluie c’est plutôt pénible. Si en plus on rajoute le fait que les jours vont raccourcir, ça donne l’époque que j’aime le moins de l’année à l’entrainement ; un peu comme tout le monde je pense.

See you soon…